Académie Française : Andreï Makine candidat, Frédéric Mitterrand se retire

logo Le Parisien

| MAJ :

5451331_frederic-mitterrand_800x500
Frédéric Mitterrand n’est plus candidat à l’Académie française. LP/Frédéric DUGIT

Trop fort pour lui ? L’annonce de la candidature du romancier d’origine russe Andreï Makine, prix Goncourt et prix Médicis en 1995, à l’Académie Française,  au fauteuil de la romancière algérienne décédée Assia Djebar, a eu pour conséquence le retrait de la candidature de Frédéric Mitterrand ainsi d’ailleurs que de celle de Jean-Claude Perrier.

Âgé de 68 ans, le neveu de l’ancien président François Mitterrand, auteur d’une quinzaine de romans, a également été producteur-animateur de télévision avant d’être directeur de la Villa Médicis à Rome puis ministre de la Culture de Nicolas Sarkozy de 2009 à 2012. C’était sa première candidature à l’Académie Française.

Andreï Makine, 58 ans, est considéré lui comme l’un des grands écrivains de langue française. Son roman «Le testament français» a réussi l’exploit, en 1995, d’être couronné à la fois par le prix Goncourt, le prix Goncourt des lycéens et le prix Médicis. Auteur de 16 livres sous son nom, il a également écrit quatre romans sous le pseudonyme de Gabriel Osmonde. Grande médaille de la Francophonie en 2000, il a reçu en 2005 le prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco pour l’ensemble de son œuvre et, en 2014, le prix Mondial de la Fondation Simone et Cino del Duca-Institut de France. Ces deux dernières récompenses sont souvent considérées comme des sésames pour entrer sous la Coupole.

Outre la candidature d’Andreï Makine, l’Académie Française, dans sa séance du jeudi 4 février 2016, a également enregistré celles de MM. Michel Carassou, Éric Dubois et Eduardo Pisani. Sept autres candidats sont en lice pour l’élection fixée au 3 mars mais leur chance d’être élu est quasi nulle. Plusieurs de ces candidats s’étaient déjà présentés à l’Académie sans jamais recueillir une seule voix.

VIDÉO. Frédéric Mitterrand retire sa candidature pour ne pas nuire à Andreï Makine

Source : leparisien.fr

Le DUEL Mitterrand vs Upinky annoncé par Le Parisien

logo Le Parisien

Un Versaillais candidat à l’Académie Française

| MAJ :

5504677_5f85017e-c8c8-11e5-8f80-00151780182c-1_545x460_autocrop
Arnaud Aaron-Upinsky a fait acte de candidature pour faire son entrée à l’Institut de France, siège de l’Académie Française. (DR.)

 

Arnaud Aaron-Upinsky a envoyé sa lettre de candidature à l’Académie Française. Ce Versaillais, qui se qualifie tout à la fois de mathématicien, d’épistémologue et de linguiste, est candidat au fauteuil laissé vacant par Assia Djebar (fauteuil n° 5).

Sa candidature a été enregistrée le 21 janvier. Essayiste et auteur de plusieurs livres, il s’est fait notamment connaître en s’opposant avec véhémence à plusieurs expositions d’artistes contemporains au château de Versailles. Animateur du blog Coordination Défense de Versailles (CDV), il est considéré comme proche des milieux catholiques traditionalistes. L’élection à ce fauteuil est fixée au jeudi 3 mars 2016. Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture, est également candidat. « Je veux défendre la langue française qui est en danger et réveiller les consciences » insiste Arnaud Aaron-Upinsky.

Source : « Le Parisien » : http://www.leparisien.fr/versailles-78000/un-versaillais-candidat-a-l-academie-francaise-01-02-2016-5504677.php

 

Non à la réforme de l’orthographe

Signez la pétition :

NON À LA RÉFORME DE
L’ORTHOGRAPHE !

Sauvons l’Académie Française !

Sauvons notre langue !

 

NON ! Car cette réforme est « anti-démocratique », puisqu’elle a été refusée « dans les faits » par le peuple français qui ne l’applique pas depuis 26 ans !

NON ! Car elle est « anti-constitutionnelle », puisqu’elle viole l’usage et le génie de la langue française – tout de précision, de clarté et de beauté – qui assure sa supériorité universelle sur l’anglais ( art.2 ) !

NON ! Car elle viole les statuts de l’Académie Française, puisqu’elle introduit l’incertitude, l’insécurité et le « chaos » d’une « double orthographe » en totale contradiction avec sa principale mission : « donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente » (art. 24 des statuts) !

NON ! Car elle introduit le symbole d’une division anti-républicaine, puisqu’elle contrevient au sacro-saint principe d’égalité de la langue de la République « Une et indivisible » et plonge les Français dans la « division » au moment où ils ont le plus besoin d’ « Unité » !

 

En vérité, cette réforme procède de la « stratégie du chaos » mise en œuvre par le Ministre de l’Éducation Nationale pour mettre en difficulté l’Académie Française sur son prétendu accord de 1990 (périmé), pour la « punir » de sa déclaration du 11 juin 2015 stigmatisant le nouveau « mauvais coup porté à la langue française » par la réforme du collège dite « Najat Vallaud-Belkacem ».

                  

NON AU SYMBOLE DU CHAOS !

 

Arnaud-Aaron Upinsky,
candidat à l’élection de l’Académie Française du 3 mars 2016

 

 

Télécharger en PDF

Académie Française : Publication de la lettre de candidature d’A.-A. Upinsky invitant les candidats au fauteuil d’Assia Djebar à adopter cet usage

COMMUNIQUÉ UNION NATIONALE
DES ÉCRIVAINS DE FRANCE

                                                           ____________________

                                               ACADÉMIE FRANÇAISE                                              

PUBLICATION DE LA LETTRE DE CANDIDATURE D’A.-A. UPINSKY INVITANT LES  CANDIDATS  AU  FAUTEUIL D’ASSIA  DJEBAR  À  ADOPTER  CET  USAGE 

Depuis que, le 5 décembre 2013, le Secrétaire Perpétuel de l’Académie a demandé  « solennellement [ au chef de l’État ] de faire de l’année [2014 ] l’année de la reconquête de la langue française, et d’abord à l’école qui la porte et la transmet », la situation n’a fait qu’empirer avec l’actualité. Il est vrai que, le 21 janvier 2015, le chef de l’État avait bien dû reconnaître la nécessité de reconquérir les territoires perdus de la langue française auprès de la jeunesse « pour détruire le terrorisme en herbe ».

Mais, hélas, cette annonce fut suivie d’un effet inverse : une aggravation par le « mauvais coup porté à la langue » dans la réforme du collège. Et, suprême outrage, le « protecteur de l’Académie » a laissé sans réponse l’appel à la reconquête de l’Académie, du 5 décembre 2013, acte tragique sans exemple dans l’histoire : symbole « total » d’une rupture inouïe entre le Pouvoir et la langue de la République !

Cette course a l’abîme met la langue française en péril de mort, avec toutes les conséquences tragiques mises en lumières par l’actualité. État d’urgence justifiant toutes les audaces d’une mobilisation générale des écrivains qui doivent désormais se fixer pour but explicite la reconquête de la langue française ; reconquête vitale attendue de tous ces Français qui se tournent aujourd’hui vers l’Académie en laquelle ils voient le dernier recours institutionnel pour venir « au secours du français ».

C’est pour répondre à cette nouvelle attente, à ce nouvel intérêt des Français pour l’Académie qu’Arnaud-Aaron Upinsky a décidé de motiver sa lettre de candidature, de la rendre publique ( ce qui est une première ) et d’inviter les autres candidats au fauteuil d’Assia Djebar à adopter cet usage justifié par l’enjeu de survie, comme il le précise dans sa lettre de candidature ci-jointe. À l’heure de tous les périls pour la langue française, les Français ne sauraient se contenter de simples copiés/collés de dépêche AFP ignorant la première mission de l’Académie, le critère de choix de Richelieu et même tout critère de langue.  

Ainsi que les Immortels, et selon les propres vœux du Secrétaire Perpétuel de l’Académie Française, les Français ont désormais le droit de savoir, avec leurs propres mots, quelle est la motivation des candidats à cette Institution de salut public dont la première mission est la défense de la langue française : l’Académie Française que Maurice Druon définissait comme « l’expression la plus haute de l’identité de la nation et comme l’incarnation de la France. Cette idée, [qu’]il nous appartient maintenant  de faire vivre ».  

Comment douter que ce débat au sommet sur la survie de la langue française, sur le pouvoir souverain de l’Académie en matière de langue et sur les caractères d’éligibilité des candidats à la reconquête du français, soit précisément celui qu’attendent, aujourd’hui, tous les Français amoureux de leur langue en laquelle ils voient l’instrument de leur identité, de leur salut, de leur prospérité et de leur dignité retrouvées ?

1. Communiqué Publication de la lettre de candidature

2. Lettre de candidature d’A.-A. Upinsky à l’Académie Française ( pdf)

Union Nationale des Écrivains de France                                                                           Contact presse : courrierposte@orange.fr  –  Tel : 06 01 76 20 79  

 

Lettre de candidature à l’Académie française d’A.-A. Upinsky du 14 mars 2014

Lire la lettre de candidature du 14 mai 2014 à l’Académie française