Choisir la France, c’est d’abord choisir le français : l’anglicisation de la France, voilà l’ennemi !

Présidentielles 2017 : Le choix du français comme seul facteur clivant de la victoire !

Versailles, conférence du 25 avril 2017 : « L’anglicisation de la France, voilà l’ennemi ! » 

 

Voir ICI le changement de salut « Bellamy » d’Emmanuel Macron AVANT et APRES lecture de la lettre ouverte aux candidats aux Présidentielles 2017 ! 

Voir aussi :

1) Lire la lettre ouverte aux candidats aux présidentielles 2017
http://upinsky.work/wp-content/uploads/2017/04/Lettre-ouverte-aux-candidats-des-Pr%C3%A9sidentielles-2017-pour-quils-d%C3%A9clarent-2017-an-1-de-la-Reconqu%C3%AAte-de-la-langue-fran%C3%A7aise.pdf

2) Signer la pétition :
https://www.change.org/p/p%C3%A9tition-contre-le-slogan-en-anglais-aux-jo-paris-2024/u/19718579

Emission à la télévision Pravda sur le clivage entre langue française et anglais aux Présidentielles 2017

Suivre l’émission à la télévision russe Pravda.ru du 20 avril 2017

La victoire du meilleur aux Présidentielles 2017 doit tenir à un seul facteur clivant : le choix de la Reconquête de la langue française !

L’UNION NATIONALE DES ÉCRIVAINS DE FRANCE COMMUNIQUE :

L’Académie française vient de déclarer, dans son communiqué du 6 avril 2017, qu’ elle « déplore que la langue soit absente de la campagne pour l’élection présidentielle et s’étonne du silence observé par les différents candidats sur cette question, alors même que l’attachement à la langue est regardée par les Français comme l’expression première du sentiment d’appartenance à la nation. » 

Et pourtant, ce silence persiste depuis l’appel solennel du 5 décembre 2013, de l’Académie française au Président de la République, François Hollande, pour « faire de l’année qui vient l’année de la reconquête de la langue française et d’abord au sein de l’école qui la porte et la transmet.» 

C’est pourquoi, l’Union Nationale des Écrivains de France adresse la présente lettre ouverte aux différents candidats à l’élection présidentielle, pour qu’ils déclarent 2017 an 1 de la Reconquête de la langue française et cause nationale de leur mandat.

Puisqu’à l’évidence, le redressement de la France et le redressement de la langue française sont une seule et même chose, la victoire du meilleur candidat aux Présidentielles 2017 doit tenir à un seul facteur clivant : le choix de la Reconquête de la langue française contre le choix du « tout-Anglais », que le présent gouvernement a osé afficher jusqu’au sommet de la tour Eiffel  sous couvert de JO-Paris 2024 !

Cette victoire du meilleur candidat pour la reconquête de la langue française, et donc pour la France, elle ne tient qu’à son « choix de la langue française », comme le démontre en huit points la lettre ouverte de UNIEF suivante, et alors la France s’éveillera !

La « Reconquête », c’est maintenant ou jamais !  

Arnaud-Aaron Upinsky 18 avril 2017
Président de l’Union nationale des Écrivains de France  

 

1) Lettre ouverte aux candidats aux présidentielles 2017
http://upinsky.work/wp-content/uploads/2017/04/Lettre-ouverte-aux-candidats-des-Pr%C3%A9sidentielles-2017-pour-quils-d%C3%A9clarent-2017-an-1-de-la-Reconqu%C3%AAte-de-la-langue-fran%C3%A7aise.pdf

2) Pétition :
https://www.change.org/p/p%C3%A9tition-contre-le-slogan-en-anglais-aux-jo-paris-2024/u/19718579

3) Blogue
http://upinsky.work/

Lettre ouverte aux candidats aux Présidentielles pour qu’ils déclarent 2017 an 1 de la Reconquête de la langue française

L’UNION NATIONALE DES ÉCRIVAINS DE FRANCE COMMUNIQUE :

  • En réponse à l’appel du 6 avril 2017 de l’Académie française, qui  » déplore que la langue soit absente des débats auxquels donne lieu actuellement la campagne pour l’élection présidentielle et s’étonne du silence observé par les différents candidats sur cette question, alors même que l’attachement à la langue est regardée par les Français comme l’expression première du sentiments d’appartenance à la nation » (cf. communiqué du 6 avril  2017 de l’Académie française);
  • L’UNIEF rend publique la lettre ouverte motivée qu‘elle adresse, ce 16 avril 2017,  aux onze candidats aux Présidentielles, pour qu’ils déclarent 2017 an 1 de la reconquête de la langue française.  

Lettre ouverte aux candidats des Présidentielles 2017, pour qu’ils déclarent 2017 an 1 de la Reconquête de la langue française

« Je soutiens votre action, je ne la désavouerai pas ! » (Jean-Marie Rouart de l’Académie)

Lire ICI, sur la pétition, le soutien de l’académicien Jean-Marie Rouart contre le tout-anglais prévu par l’Etat français, la région île-de-France et la Vile de Paris; aux JO-Paris 2024 !  

 

31 MARS 2017 — C’est au cri d’enthousiasme de « Je soutiens votre action, je ne la désavouerai pas ! » que, ce 31 mars 2017, l’académicien Jean-Marie Rouart, vient de nous faire savoir qu’il adhérait à notre combat contre le slogan anglais aux JO-Paris 2024 affiché sur la tour Eiffel. Il marque ainsi sa fidélité à l’acte de foi contre le tout-anglais qu’il avait exprimé, lors de son débat contre Luc Ferry, dans l’article du Monde du 3 mars 2013, intitulé « L’anglais, chance ou danger pour le français ? » (voir le lien ci-dessous) où il proclame notamment :

– « La France est un pays d’idées. Et les idées ont toujours été explosives. Quant à la langue français, elle est dans une situation effroyable. D’autant plus effroyable que les gouvernants et les Français ne s’en rendent pas compte.

– « (…) l’anglais dégrade le français » (…) La langue française ne sera bientôt plus une langue authentique, mais une sorte de pidgin ».

– « On veut vendre la France par appartements… »

– « On touche ici à l’idée de la France, et c’est ce qui déchaine les passions. La langue française porte quelque chose de plus grand qu’elle-même, quelque chose de généreux que n’a pas l’anglais. L’anglais porte avec lui le commerce. »

http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2013/06/03/l-anglais-chance-ou-danger-pour-le-francais_3422969_3232.html#20

Émission Radio libertés : bataille de la dernière chance contre le tout-anglais !

Langue française contre le tout-anglais : la bataille de la dernière chance aux JO-Paris 2024 !

Première émission radiophonique consacrée à l’appel de la dernière chance pour triompher de la haute trahison de la langue française, par l’Etat français dans son choix du slogan anglais pour la candidature de Paris aux JO 2024 : 

Sur Radio Libertés,  » Le Journal de la réplique  » : émission du 29 mars 2017 avec Arnaud-Aaron Upinsky

Appel à la condamnation définitive du slogan en anglais des JO 2024 !

« Si vous n’avez pas compris que c’est le combat principal, la condition sine qua non de VOTRE Combat et de tout combat, le combat de la dernière chance, c’est que c’est déjà trop tard, pour vous ! » 

Voir la vidéo et faites signer la pétition de l’ultime combat de la dernière chance !

« C’est maintenant ou jamais ! »

 

Le Québec, contre le slogan anglais aux JO 2024 !

 » Le plus comique du slogan Made for Sharing est la réaction goguenarde de la presse anglo-américaine, dans le registre « On n’en demandait pas tant ». A-t-on vu un seul anglophone remercier Paris de se faire comprendre ? La Ville a produit un slogan qui ne lui donne rien, sauf le fait de se ridiculiser. » ( Le Devoir, 27 février 2017, Jean-Benoît Nadeau)

Lire Québec Presse

Bravo aux Canadiens pour leur soutien, massif et superbe, en vue de notre action judiciaire ! 

Idiots utiles à Paris

Contre l’hégémonie du « tout-anglais », appel au « Magistère souverain » de l’Académie française !

Union Nationale des Écrivains de France

Le Président

Madame le Secrétaire perpétuel, Mesdames et Messieurs de l’Académie,

 [..] alors que l’avenir de la langue française, comme langue internationale apte à parler au monde entier par excellence, est suspendu à un procès incertain dans lequel son caractère d’universalité lui est dénié au nom du nouveau « dogme » hégémonique du «  tout-anglais », proclamé au nom du comité de candidature aux JO 2024.

Le comble de la provocation et de la trahison de la langue de Molière a, en effet, été proféré par un Français, Tony Estanguet, co-président du comité de candidature aux JO 2024, lorsqu’il osa dire sans vergogne :

« Les patrons de la candidature ont choisi un slogan anglais afin de donner un caractère universel (sic) au projet français.» Comme si, depuis le triomphe du « Discours sur l’universalité de la langue française » de Rivarol à Berlin en 1784, depuis trois siècles, l’ « universalité  » n’était pas reconnue comme le caractère propre indéfectible de la langue française !  

Dans ce combat de la dernière chance, car le perdre signifierait notre renoncement définitif à la vocation à « caractère universel » de la langue française à « parler au monde », l’Académie française a fait un premier pas en « exprim[ant] à l’unanimité sa réprobation ». Mais les Français, en plein désarroi, espèrent plus de son Magistère souverain.  Ils attendent son réveil et sa totale mobilisation dans le sillage de l’an 1 de la Reconquête de la langue française, ouvert par Philippe Beaussant que je m’attache à suivre à la mesure de mes moyens.

 

Lire la lettre du 8 mars 2017 à Mesdames et Messieurs de l’Académie

 

Non au slogan en anglais aux JO 2024 ! Grandes gueules ( RMC), nouvelles judiciaires et revue de presse.

La Grande Gueule  du jour : Pourquoi le slogan des JO 2024 est-il autant critiqué ?

RMC, 20 février 2017.Made for sharing »… Le slogan des J0 de Paris irrite les puristes. Trois associations de défense de la langue française estiment qu’il enfreint une loi de 1994 relative à l’emploi de la langue française ainsi que la charte olympique. Ce collectif a donc décidé de porter plainte ce jour. – On en parle avec: Pascal Perri, économiste. Marie-Anne Soubré, avocate. Et Joëlle Dago-Serry, chargée de clientèle dans le logement social. – Les Grandes Gueules, du lundi 20 février 2017, présenté par Alain Marschall et Olivier Truchot, sur RMC et en simultané sur Numéro 23.

JO 2024 – PLUSIEURS ASSOCIATIONS ATTAQUENT LE SLOGAN EN ANGLAIS DE PARIS : LA PLAINTE PEUT-ELLE ABOUTIR ?

POLÉMIQUE – Un collectif d’associations de défense de la langue française attaque en justice le slogan en anglais « Made for sharing » choisi pour promouvoir la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024. Mais la plainte a-t-elle une chance d’aboutir ? LCI a interrogé Thierry Vallat, avocat au barreau de Paris.

« Made for sharing » (« Venez partager »)… surtout la polémique ! Vendredi, un collectif d’associations de défense de la langue française a annoncé qu’il allait déposer une plainte ce lundi contre le slogan, en anglais, de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques 2024 pour « insulte grave à la langue française » et « violation de la constitution ». Elles demandent le retrait et le remplacement en français de ce slogan, mais aussi de la chanson et du compte à rebours (eux-aussi en anglais), diffusés lors de la cérémonie d’ouverture de la campagne internationale.

Contacté par LCI, l’avocat du collectif, Me Emmanuel Ludot, a confirmé qu’un référé en suspension serait déposé ce 20 février au tribunal administratif de Paris. Selon lui, l’utilisation de l’anglais enfreindrait l’article 16 de la loi Toubon de 1994, relative à l’emploi de la langue française, l’article 23 de la charte olympique et l’article 2 de la Constitution. « Nous réclamons que la communication officielle et publique à propos de la candidature de Paris aux JO 2024 soit toujours en français », précise ce dernier. Mais leur demande a-t-elle une chance d’aboutir ?

Paris 2024: «Made for sharing», un slogan de pizzas à découper qui déplaît à l’Académie française

Le choix du slogan pour soutenir la candidature de Paris aux Jeux Olympiques « Made For Sharing » est loin d’être partagé par tous…
La langue française résiste. Vendredi, un collectif d’associations de défense de la langue française a déclaré par le biais de leur avocat la décision d’attaquer en justice le slogan en anglais choisi pour promouvoir la candidature de Paris aux jeux Olympiques de 2024, rapporte l’AFP.
 Le Monde.fr avec AFP | Un collectif d’associations estime que le slogan « Made for sharing » enfreint la loi Toubon relative à l’utilisation de la langue française.