https://fr.wikipedia.org/wiki/Arnaud-Aaron_Upinsky

Arnaud-Aaron Upinsky

Depuis la publication de son premier livre en 1977, comme professeur de mathématiques –  » 2 + 2 = 5, De nouvelles mathématiques pour une nouvelle société »-, son livre de combat contre la destruction du raisonnement mathématique « more geometrico » par les « maths modernes », toute son oeuvre n’est que la déclinaison sur toutes ses formes de sa défense de l’Intelligence contre sa destruction par le Pouvoir dont elle est l’ennemi n° 1.

Ses recherches, ses livres et ses conférences, portent sur la destruction de l’intelligence et sur l’étude du pouvoir du langage, dans les différents domaines d’asservissement du Pouvoir ( enseignement, sciences, art, littérature, épistémologie, censure, langage politique, langue française), des thèmes politiques (construction européenne, théorie des ensembles politiques, opposition au traité de Maastricht1), du champ culturel ( au titre du code de la propriété intellectuelle (CPU), de la défense du droit moral des œuvres devant les tribunaux administratifs et jusqu’au Conseil d’Etat, des Grands appartements du Roi-Soleil contre le parasitisme de Jeff Koons, en 2008, puis de Takashi Murakami au château de Versailles2 en 2010), et de l’épistémologie ( dans le cadre des deux Symposiums Scientifiques Internationaux de Paris (1989) et de Rome (1993), sur la démonstration l’authenticité du linceul de Turin 3,4,5).

  1. Parcours professionnel

Dans l’ordre de ses différents combats, Arnaud-Aaron Upinsky, s’est successivement fait connaître comme mathématicien6,5épistémologue7,5 et linguiste6, un de ses éditeurs a fait allusion à une activité dans l’industrie informatique6.

En 2007, Il obtient un doctorat de philosophie politique en soutenant un thèse ayant pour titre : Principes mathématiques de philosophie politique8.

  1. Prises de positions

2.1Défense de l’enseignement des mathématiques

Dès 1973, en relation avec les autorités scientifiques les plus autorisées d’alors, Arnaud-Aaron Upinsky, comme professeur de mathématiques, mettra en cause la réforme des  » mathématiques modernes » expression refusée par les mathématiciens éminents annonçant une future crise de l’enseignement des mathématiques dans trente ans. Il dénoncera la sélection par les mathématiques et le Ministre de l’éducation nationale, Jean-Pierre Chevènement, s’inspirera de ses travaux pour ju’stifier sa réforme des lycées de 1985 de rééquilibrage des lettres et des mathématiques. Il écrira trois livres sur l’enseignement des mathématiques, sur leur sélection et sur leur instrumentalisation politique.

2.2 Linceul de Turin

Une datation au carbone 14 du linceul de Turin a été effectuée en 1988, alors que le Saint Siège en était propriétaire depuis 1983. Le 13 octobre 1988, le cardinal Balestrero annonce le résultat lui donnant une origine médiévale (xiiie – xive siècle).

Arnaud-Aaron Upinsky, a été invité au Symposium Scientifique International de Paris sur le Linceul de Turin du 8 septembre 1989, par son organisateur, André van Cauwenberghe, pour y faire la synthèse épistémologique de l’ensemble des travaux effectués depuis un siècle. Le 8 septembre, il y conclut : 1) Que le Linceul est scientifiquement authentique au troisième degré par défaut et donc que le Linceul est bien celui de Jésus de Nazareth ; 2) Que la datation au C14 est scientifiquement fausse ; 3) Que l’hypothèse du faux médiéval ne peut être constituée. A la suite de sa démonstration à laquelle assista le propre Directeur de recherche au British Muséum, coordonnateur des trois datations au C14, Mike Tite, celui-ci déclarera qu’il n »avait jamais dit que le Linceul était un faux. Ce qui conduira Arnaud-Aaron Upinsky, en 1990; a publier sa démonstration, sous le titre  » La Science à l’épreuve du Linceul « , avec l’affirmation suivante :

« Ce n’est pas le Linceul qui est à l’épreuve de la Science, mais la Science à l’épreuve du Linceul. […] La part du suaire non réductible à notre science strictement rationnelle laisse entrevoir une chance inespérée de libérer la science officielle du ghetto dans lequel elle s’est laissée enfermer […] et de résoudre ainsi la contradiction épistémologique qui divise les sciences de la vie et celle de l’inerte9. »

A la suite de cette démonstration qui fit sensation, André van Cauwenberghe, Président fondateur du CIELT, lui demanda de prendre la vice-présidence du Centre international d’études sur le linceul de Turin10.

Au deuxième Symposium Scientifique International de Rome sur le Linceul de Turin, de juin 1993, réunissant l’ensemble de la communauté scientifique internationale engagée dans les recherches et auquel ne participèrent pas moins de dix huit nations ainsi que de nombreuses personnalités y compris du Saint Siège, la conclusion unanime suivante fut formalisée dans le communiqué de clôture du 18 juin 1993 :  » L’assemblée scientifique du Symposium de Rome a pris acte du fait que si la Science soumet l’évaluation du Linceul au même niveau d’exigence scientifique que celui qui est régulièrement utilisé en science pour évaluer les phénomènes physique, au vu des résultats déjà acquis, elle ne peut que conclure à l’authenticité scientifique, c’est à dire affirmer que l;homme du Linceul est bien Jésus de Nazareth « .

La démonstration épistémologique et la reconnaissance scientifique de l’authenticité du Linceul de Turin, acquise à Rome, par l’ensemble de la communauté scientifique engagée dans les recherches, ne furent jamais remise en cause, par quelque autorité scientifique constituée que ce soit, le British Muséum s’étant même déclaré forfait.

En revanche, du côté religieux, l’Eglise à l’origine de la datation au C14, s’est obstinément refusée faire la nouvelle datation que lui demandait la communauté scientifique, pour s’en tenir contre toute évidence à la datation de 1988 dont le niveau de signification avoué n’était que de 5 % et à laquelle plus aucun scientifique n’attache désormais de véritable crédit, contrairement aux religieux qui en font un acte de foi, tel le dominicain Jean-Michel Maldamé11.

2.3 Construction européenne

Dès 1992, Arnaud-Aaron Upinsky prend position contre le traité de Maastricht dans sa  » Lettre ouverte à ceux qui croient (encore) que l’Europe c’est la paix » ( Albin Michel ». En 1997, prenant acte de la réalisation de ses prévisions de 1992, il publie « Le Syndrome de l’ortolan » ( Ed. F.-X. de Guibert).

2.4 Lutte contre la contrefaçon et contre la censure

Arnaud-Aaron Upinsky est au cœur du combat pour la liberté d’expression. A l’origine du premier appel à une mobilisation générale des Lettres contre la censure – lancé le 4 juillet 2001 à la Maison des écrivains -, à la suite de son procès gagné contre Albin Michel, pour deux livres contrefaisants de Philippe Guilhaume – « Un président à abattre » et  » Lettre ouverte à tous les Français qui ne veulent plus être pris QUE pour des cons » -n il publie  » Enquête au cœur de la censure » dans lequel il adresse à l’opinion et aux pouvoirs publics une solution pour éradiquer ce fléau.

2.5 Expositions au château de Versailles

En 2008, en s’opposant à l’exposition de Jeff Koons dans les grands appartements royaux du château de Versailles, il lance l’association Coordination Défense de Versailles, déclarant que cette exposition en ce lieu est une « souillure de ce que notre patrimoine et identité ont de plus sacré1 ». Son association se mobilise ensuite contre une exposition des œuvres de Takashi Murakami fin 2010, au même endroit, et il déclare à ce sujet :

« On met notre patrimoine culturel au service d’intérêts étrangers. Jean-Jacques Aillagon joue les châtelains, toujours dans les jupes de la noblesse. En même temps, il promeut un art officiel new-yorkais alors que nous avons 40 000 artistes français marginalisés2. »

Il est président de l’Union nationale des écrivains de France (UNIEF), association créée en 2007, et notamment à l’origine de la Coordination Défense de Versailles1.

2.6 Combat pour un protectionnisme compétitif

A la suite de la publication de ses deux livres sur la construction européenne et, dans la logique de la publication du livre du prix Nobel Maurice Allais, « Mondialisation, la destruction de la croissance et de l’emploi. L’évidence empirique », en 2012, il sera appelé à prendre la présidence de l’AIRAMA, l’Alliance Internationale pour la Reconnaissance des Apports de Maurice Allais, en science et en physique. En 2019, au vu du retournement géopolitique mondial, il sera clair que ce combat pour un protectionnisme compétitif était d’avant-garde.

Candidatures à l’Académie française

En 2014, à la demande de l’académicien Phillippe Beaussant, Président de la Défense de la Langue française ( DLF), Arnaud-Aaron Upinsky se porte candidat au fauteuil 38 de l’Académie française, laissé vacant par le décès de François Jacob, et qui sera finalement attribué à Marc Lambron. Il obtient une voix au premier tour de scrutin12.

En 2016, il se porte de nouveau candidat, cette fois au fauteuil 5, laissé vacant par le décès d’Assia Djebar13. Battu par Andreï Makine, il obtient deux voix14. En dépit de la mort de Philippe Beaussant et de la disparition de génération des académiciens fidèles aux statuts de l’Académie, il se porte ensuite candidat au fauteuil 37, laissé vacant par le décès de René Girard en octobre 201615 ; puis en mars 201716 et en novembre 201717. Le 13 février 2019, à la suite d’une demande interne, il adressera au premier président de la Cour de cassation, Bertrand Louvel, la « Réponse de l’Académie française à la saisine du 20 avril 2017 de la Cour de cassation. .

Ouvrages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *