3 réflexions au sujet de « La Magie des Gilets jaunes Acte VIII »

  1. Qu’est ce qu’une Révolution ?

    Jules Monnerot distingue 2 critères

    – Un changement dans les qualités dominantes de la classe politique , ou plus strictement des éléments les plus déterminants de cette classe dominante

    ex De Rugy et Chalençon

    – un processus de formation de pouvoir :

    une situation de détresse entraînant un mouvement de destruction sociale se traduit par un changement de polarité dans la psyché des éléments sociaux les plus homogènes qui d’habitude se caractérisent par la la crainte et l’aversion du chaos .

    Les éléments les plus stables, les plus conformistes, les plus légalistes de la société se mettent en mouvement car ces éléments considèrent que c’est le comportement et les décisions de la classe dominante qui génère le chaos qu’ils abhorrent.

    Autrement dit : les murs porteurs de la société française bougent, le régime s’effondre

    Le Gaulois moyen , la partie homogène de a population, en dehors de pain, a besoin d’abord d’ordre, de régularité de la vie.

    La faillite de l’Etat dans tous les domaines : emploi, insécurité, santé, finances, organisation et efficacité administrative, transports etc entraîne une demande de pouvoir.

    Un grand nombre d’hommes sont prêts à la révolution parce qu’ils aspirent à l’ordre.

  2. Retour en 2019 : Faire à Macron et ses sbires le coup de Sieyès

    Les Gilets Jaunes (spontanément ?) ont utilisé aussi la Magie Politique contre Macron et le Régime Républicain :

    – Wir Sind das volk ! Nous sommes le Peuple – qui est le BA BA des minorités révolutionnaires qui parlent au NOM du « Peuple »

    – D’entrée les Gilets Jaunes délégitiment Macron avec :

    – le slogan Macron démission ! quand on demande la démission en cours de mandat du Président légalement élu – on met ipso facto sa légitimité

    – l’absence de déclaration de beaucoup de manifestations : les « autorités » n’ont plus (ou moins) d’ »autorité »

    – le refus d’aller manifester au Champs de Mars (autorisé) et le fait d’aller manifester aux Champs Elysées et vers l’Elysée (interdit) près des lieux de pouvoir (venez me chercher)

    – la revendication progressive du RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne) qui délégitime de fait les représentants officiels du peuple : députés, sénateurs, élus divers (« ils » ne nous représentent pas) et met en cause la « démocratie représentative » – qui riposte d’un ton faiblard : « on est élu jusqu’en 2022 »
    conjointement avec un refus de la base des Gilets Jaunes d’avoir des « représentants » mandatés pour « négocier » comme le demande le pouvoir et comme le conseillen les médias

    – la délégitimation de fait des corps intermédiaires – syndicats , associations subventionnées

    CFDT avec Berger qui cherchait à se placer et à gratter quelque avantage
    CGT avec Martinez qui réunit 1.000 personnes un samedi 1 er décembre en concurrence avec les Gilets Jaunes pour faire Bastille Nation pour la nième fois sans résultat signifiant de fait qu’il ne menace pas le pouvoir
    Martinez qui rejoint le 24 décembre la manif « contre les violences faites aux femmes » c’est à dire allant sur le terrain sociétal et non sur le terrain social des Gilets Jaunes

    Macron représente au premier tour 8 656 346 voix, au plus 18,19 % des électeurs inscrits

    en conséquence les histoires de « changement » vague, de « réformes » non précisées, c’est de l’enfumage, de l’escroquerie, bref de la MAGIE POLITIQUE

    quand au poids de LaRem aux Législatives c’est 6 391 269 voix , soit 2 265 077 voix de moins qu’au premier tour des présidentielles de Macron , soit 13,44 % des inscrits

    Le poids des exclus du système politique au deuxième tour des Législatives est de 68,82 % de NON-VOTANTS

    à ces non-votants il faut ajouter 10 249 565 électeurs qui n’ont pas voté LaRem

    LaRem et Macron sont ILLEGITIMES et NON-REPRESENTATIFS

  3. Rendre à Upinsky ce qui appartient à Upinsky

    Comprendre la Révolution de 1789 (3) : L’Abbé Sieyés le magicien politique qui renversa en 3 ans une monarchie millénaire avec le choc du pourcentage et le poids du nombre

    Il n’est donc pas exagéré de dire que c’est sur la définition du langage de la représentativité que s’est jouée toute la Révolution de 1789 : est-ce la qualité ou le nombre qui doit compter ?

    Pour avoir compris cette question, Emmanuel Sieyès -dont Mirabeau disait qu’il était son maître- a droit au titre de père fondateur de la Révolution. C’est lui, en effet, qui est l’inventeur de la formule logico-mathématique qui a fait exploser le tonneau vermoulu de l’Ancien Régime.

    Le calcul de Sieyès -qu’il expose, en janvier 1789, dans son célèbre Qu’est-ce que le Tiers État ?- est simple.

    Si les États généraux votent par ordre, les « ordres privilégiés » qui ont deux voix sur trois domineront les États.

    Pour que le tiers état triomphe, il faut donc qu’il ait au moins autant de voix que les deux autres ordres réunis, et que l’on vote par tête.

    Tel est le point d’Archimède de la prise du pouvoir par le tiers état : une simple formule d’arithmétique.

    L’abbé Sieyès peut être alors certain du succès, car la plupart des membres du bas clergé sont proches du tiers état par leurs origines sociales et leur philosophie. Lui-même, d’ailleurs, se fera élire par le tiers état et non par le clergé.

    L’Abbé Sieyès dessine une vision quantitative d’une nouvelle société pour remplacer la vision héréditaire qualitative des trois ordres constitutifs de l’ancienne France.

    En 1789

    Le clergé représente 160.000 têtes (0,7 %)
    La Noblesse 140.000 têtes (0,6 %)

    Le Tiers Etat 23.700.000 (98,7 %) (dont 515.000 bourgeois (2,1%))

    L’Abbé Sieyès par un tour de passe-passe, par un tour de magie politique en additionnant la « bourgeoisie » aux paysans, artisans, domestiques, manoeuvres et journaliers crée la fiction « démocratique » du « peuple » qui représente plus de 98 % des Français

    En fait en 1789 la Bourgeoisie représente 2,1 % des Français mais elle PARLE (et agit) au NOM de 98 % d’entre eux.

    Si le Roi Louis XVI n’avait pas pris les « bourgeois » pour le « peuple », il aurait pu parler lui AUSSI au NOM de 98 % des Français.

    Comme disait Staline  » Ce ne sont pas les votes qui comptent, c’est QUI compte les votes »

    R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *