La perversion mathématique, L’œil du pouvoir, Arnaud-Aaron Upinsky

Qu’est-ce que les mathématiques ? Un langage absolu, une norme sans faille, la clé de tous les progrès ? Grâce à la « science », dont beaucoup estiment qu’elle se nourrit presque exclusivement de mathématiques, notre époque avait la prétention de tout comprendre, de percer tous les mystères de l’homme et de la nature. Pourtant, nous sommes chaque jour confrontés à une irritante énigme qui pique notre vanité : la mine inépuisable des informations est à notre portée, mais la grille indispensable à la lecture de notre temps nous échappe obstinément.
Quel est le prisme pervers qui fait dévier les promesses de bonheur annoncées par le siècle des Lumières ? La réponse est simple en la reconsidérant d’un autre œil. Jusqu’à présent, nous avons désigné tous les coupables, le Marxisme, le Capitalisme, le Terrorisme, la Bourgeoisie, la Technocratie, l’Idéologie, le Militarisme, l’Impérialisme, l’Étatisme, la Machine… sauf le seul bon : LE DIEU DES MATHÉMATIQUES, idolâtré par Napoléon. « Les hommes sont comme les chiffres, disait-il, ils n’acquièrent de valeur que par leur position ». Posées en terme de Pouvoir, les Mathématiques sont-elles « l’empire du mal » ?
Le moment était venu d’instruire le procès des mathématiques dont le système scolaire voudrait nous faire croire qu’elles constituent la référence majeure de l’intelligence. En réalité, elles finissent par constituer un instrument de sélection et de répression d’autant plus sournois qu’il se veut « neutre ». Le modèle mathématique a façonné un monde où seul importe le quantitatif ; il s’est introduit dans nos consciences au point de nous faire confondre « intelligence vraie » avec « habileté mentale ».
Ceux qui posent les mathématiques comme la seule valeur sûre tiennent pour nulle la valeur humaine. C’est ainsi que les mathématiques servent aujourd’hui de caution intellectuelle et de justification morale aux fausses démocraties comme aux vrais totalitarismes.
Ce livre, qui propose une critique virulente mais constructive du « modèle mathématique » est aussi un ouvrage d’espoir : il permet d’entrevoir une science des Nombres qui, dégagée des jeux du pouvoir politique, redeviendra outil de connaissance.

318 pages – Broché – Éditeur : Éditions du Rocher Isbn 2.268.00354.X – 1985

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *