Le procès en contrefaçon du linceul

Le procès en contrefaçon du Linceul, Le non-lieu du British Museum, la démonstration scientifique de l’authenticité, Arnaud-Aaron Upinsky

En datant du XIIIème siècle l’origine du tissu du linceul de Turin, l’analyse C14 publiée fin 1988 contredit l’ensemble des résultats scientifiques pluridisciplinaires acquis par les chercheurs depuis une centaine d’années sur le plus célèbre objet archéologique. Cette contradiction a ouvert une phase nouvelle dans la connaissance de cet objet singulier.
Jusqu’à cette date, tous les résultats confortaient, avec des valeurs probantes diverses, l’authenticité du linceul de Turin ; c’est-à-dire que cette pièce de tissu imprégné de taches de sang humain (positives) et impressionné comme un négatif photographique par l’image d’un corps supplicié, était bien le linceul ayant enveloppé le corps du Christ comme le rapportent les Evangiles.
Comme dans toute enquête, cette contradiction oblige à un choix, car aucun esprit humain ne saurait admettre raisonnablement la coexistence d’affirmations contraires sur un même fait.
À l’occasion du symposium scientifique organisé en 1989 à Paris par le CIELT (Centre International d’Etudes sur le Linceul de Turin), Arnaud-Aaron Uspinsky, logicien, mathématicien et epistémologue, fut sollicité pour tenter de faire la synthèse de l’ensemble de ces connaissances, y compris celles qui ressortaient de l’analyse C14.
Pour ce faire, il a été amené à construire une grille d’analyse logique du problème posé par le linceul de Turin, qui fait apparaître une progression logique contraignante dans la recherche de la vérité. En effet, il ne s’agit nullement, contrairement à ce que laisse entendre un ouvrage récemment paru, de satisfaire une apologétique facile, mais bien de regarder, avec la « plus grande brutalité possible », en faisant abstraction des conséquences, la vérité de cet objet, c’est-à-dire ce qu’il est.
Ce travail préparatoire, l’auteur l’a exposé dans un premier livre : La science à l’épreuve du Linceul. Dans ce deuxième livre, Le procès du Linceul, il nous invite à suivre avec lui les premiers résultats de cette enquête qu’il mène publiquement depuis quatre ans.
C’est une grande aventure de l’esprit, dont Jean Guitton déclarait au cours d’une émission radio que si elle aboutissait, alors elle serait infiniment plus importante que toutes les conséquences philosophiques de son dernier best-seller: Dieu et la science.

83 pages – Broché – Éditeur : O.E.I.L – Isbn 2.86839.295.4 – 1993

Prix : 12.37 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *