TRIBUNE (censurée) :
« L’Académie française brûle-t-elle ? »

En réponse à Jean d’Ormesson ( Le Figaro Magazine du 26 février 2016 [1] )

Le_Figaro_Magazine_I_(logo)

TRIBUNE CENSURÉE :
« L’Académie Française
brûle-t-elle ? »

Qui t’a fait académicien ? À la veille de l’élection du 3 mars, quai de Conti, c’est le branle-bas de combat, l’heure du choix décisif de survie pour l’orientation future de l’Institution symbole de la langue française. Et Jean d’Ormesson, figure médiatique de proue de l’Académie se fait fort de fixer le nouveau cap du critère d’éligibilité : « Pendant longtemps, il y avait deux catégories de personnes qui ne pouvaient pas postuler à l’Académie : les femmes et les comédiens. J’ai fait entrer la première femme, Marguerite Yourcenar, il y a trente-cinq ans. » Hier, il affirmait qu’ « Il serait normal que l’islam soit représenté à l’Académie française [2] », aujourd’hui, il confie au Figaro : « Je rêverais de faire entrer le premier comédien : toi Fabrice [Lucini] ! »

Mais à l’heure du naufrage, quand la maison est en flammes, alors que, né de la réforme de l’orthographe, le divorce entre l’Académie et les Français vient de mettre le feu aux poudres, est il sérieux de penser que le sexe, la religion ou la profession de comédien, soient en soi les « talents » à la hauteur du défi pour assurer la survie de l’Académie et de la langue française en péril de mort ?

En prétendant fixer le cap, Jean d’Ormesson est-il conscient du fait que pour la première fois de son histoire, par « la violence des attaques qu’[elle] a subie après l’annonce de la réforme de l’orthographe [3]» — rejetée par 80% des Français ! — l’Académie Française s’est vue remise en cause dans l’essence même de sa légitimité : la fixation, la définition et la défense de la langue française.

Peut-il ignorer que, quand l’étincelle ravageuse est partie d’un petit rien, mais hautement symbolique —  la survie de l’accent circonflexe —, le feu couvait sous la braise depuis des décennies, donnant des signes que nul ne voulait voir ! Aurait-il oublié la déclaration dramatique de l’Académie, du 6 avril 2000 dénonçant « la politique d’amoindrissement des filières littéraires, depuis plus de deux décennies, sur le point de parvenir à éliminer presque complètement de notre enseignement la connaissance et le goût de la littérature ». À tel point que la littérature et la langue, avec leurs exercices « semblent devenues les ennemis à détruire » ! Oublié sa déclaration du 21 mars 2002 sur « le rôle des genres grammaticaux en français » et une « féminisation » irréfléchie conduisant à « une ségrégation qui va à l’encontre du but recherché ». Oublié ce projet poursuivi « dans le plus grand secret de partager l’enseignement de notre langue en deux parties », l’extinction du grec et du latin, etc.

N’a-t-il pas été stupéfait devant la non réponse du protecteur de l’Académie, le Président de la République, à l’appel solennel du Secrétaire Perpétuel de l’Académie lui demandant, le 5 décembre 2013, de faire de 2014 l’année de la reconquête de la langue française : bouleversé par cette rupture symbolique de l’axe politique et de l’axe sémantique ?

Maurice SCHUMANN
Maurice SCHUMANN. Élu à l’Académie Française, le 7 mars 1974, au fauteuil de Wladimir d’Ormesson (13e fauteuil) et reçu le 30 janvier 1975 par le duc de Castries.

Quand la maison est en feu, c’est de pompiers qu’elle a besoin ! Ce n’est ni aux accumulations de prix littéraires « marketing », ni aux corporatismes, ni à la course aux honneurs que l’Institution doit désormais faire appel : c’est à des combattants du feu, avant que le bâtiment ne soit réduit en cendre. Il est grand temps de répondre enfin à l’appel dramatique que Maurice Schumann avait solennellement lancé aux Immortels le 30 janvier 1975, il y a juste quarante ans :

« Le temps n’est plus où l’Académie Française régnait sur un héritage. L’attrait du français est intact, son rayonnement et son cheminement sont contrariés. Il nous faut maintenant forger pour la défense et l’illustration de la langue les armes d’une vraie reconquête. »

C’est ce symbole martial qui s’affirme lorsque Maurice Schumann remet à Maurice Druon son épée traitée avec la sobriété caractérisant les sabres des cavaliers de l’École de Saumur, c’est toujours ce symbole qui s’impose sur le pommeau de l’épée d’Hélène Carrère d’Encausse — Saint Georges terrassant le dragon — pour faire triompher son appel à la Reconquête de la langue française.

Hans Von Aachen, St Georges et le dragon

Aujourd’hui, la langue française n’a plus besoin de paroles d’amour mais de preuves d’amour, plus besoin d’héritiers mais du choix de « guerriers » capables de forger « les armes d’une vraie reconquête »  pour éteindre l’incendie ! Tel le critère martial du « choix de Richelieu », homme d’esprit, de lettres et de guerre, qui doit désormais s’imposer à l’Académie Française pour assurer sa survie et sa propre éligibilité « À l’immortalité » !

 

Arnaud-Aaron Upinsky

Télécharger en PDF


[1] « Comment on devient Fabrice Luchini » : http://www.lefigaro.fr/livres/2016/02/26/03005-20160226ARTFIG00126-comment-on-devient-fabrice-luchini.php

[2] Public Sénat, 28 janvier 2016

[3] Hélène Carrère d’Encausse : « L’Académie s’oppose à toute réforme de l’orthographe », Le Figaro, 13 février 2016 : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/02/12/01016-20160212ARTFIG00297-helene-carrere-d-encausse-l-academie-s-oppose-a-toute-reforme-de-l-orthographe.php

 

 

L’accent circonflexe, c’est la couronne du pauvre !

nouvelleorthographe

Arnaud-Aaron Upinsky, linguiste, épistémologiste et mathématicien, mène un ardent combat contre la disparition de tout ce qui fait la grandeur de la France. Il s’est élevé contre la dénaturation de l’art à Versailles, contre la réforme de l’enseignement des mathématiques et plus récemment, contre la réforme de l’orthographe. Il profite de sa candidature à l’Académie Française pour rappeler cette institution aux devoirs que lui avait fixés le cardinal de Richelieu. La défense de la langue française ne passe pas par l’enrichissement du vocabulaire, mais par le respect des règles grammaticales, la promotion de la poétique et son illustration. Si quatre-vingt pour-cent des Français se déclarent opposés à la réforme de l’orthographe, c’est que le français est la richesse des pauvres et des sans-grades.

Source : MPI-TV : http://www.medias-presse.info/laccent-circonflexe-cest-la-couronne-du-pauvre-arnaud-aaron-upinsky/49679

Québec Presse. UPINSKY: «Armer l’intelligence…» Une réflexion lumineuse

Réarmer l’intelligence pour se libérer de la corruption politique : Corruptio optimi pessima[1] !

« Tout est langage, jamais les mots n’ont autant joué avec les choses, à l’évidence il existe un piège caché dans le langage qu’il est urgent de conjurer [2]».

Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris de cette suprême primauté du Verbe, sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements ;

Un dilemme pour les Immortels : le choix de Mitterrand ( A. Makine ) ou celui de Richelieu ( Un authentique défenseur de la langue française) ?

Nouveau logo La Croix

TRIBUNE « Un dilemme pour les Immortels : le choix de Mitterrand (A. Makine) ou celui de Richelieu (un authentique défenseur de la langue française) ? »

 

Arnaud-Aaron Upinsky, le 12/02/2016 à 12h41

 

L’écrivain Arnaud-Aaron Upinsky s’inquiète de la tournure des débats en vue de la prochaine élection du 3 mars à l’Académie Française. En pleine réforme de l’orthographe, celle-ci doit fait le choix d’un défenseur de la langue française.

 

« Les académiciens sont inquiets ! » disent-ils tous. Après trois ans de tempête sur la langue française et sur l’Académie, avec le retrait forcé de la candidature de Frédéric Mitterrand, que l’AFP avait jusque-là présenté comme pré-élu, la prochaine élection du 3 mars s’annonce déjà comme le coup de tonnerre d’entrée dans une nouvelle ère pour l’Institution : la fin d’un monde jusque là préservé des outrages et de la violence des temps nouveaux par des rites immuables qui viennent de voler en éclat le 4 février dernier, lors de l’émission BFMTV du soir de Nathalie Levy.

Frédéric Mitterrand retire sa candidature à l'Académie Française

Inconscience, calcul politicien, pure philanthropie, esprit de vengeance ? Que s’est-il passé ce jour-là dans la tête du candidat fétiche – par comble d’ironie disant même : « j’ai agi comme en académicien ! » – pour violer à ce point toutes les règles de la bienséance et tourner en dérision la future élection en lui ôtant toute raison d’être. Pensez-vous ! Après avoir fait l’éloge d’Andreï Makine en déclarant lui céder sa place de bon cœur, l’ancien ministre de la culture a justifié son geste de générosité en disant retirer sa candidature pour ne pas lui nuire. « Il y a un candidat qui s’est présenté pour qui j’ai énormément d’estime. J’apprécie beaucoup son œuvre. Je ne veux pas être un embarras pour son éventuelle élection ». Mais « in cauda venenum » (dans la queue le venin), au lieu de s’en tenir là, notre bon samaritain a hélas ajouté : « Il est plus fragile que moi sur le plan émotionnel, s’il est battu, il ne se représenterait pas. Je peux me représenter plein de fois, ce n’est pas un problème. Mais lui s’il est battu, il ne va pas se représenter. »

« Fragile au plan émotionnel »

Pourtant n’est-ce pas à Nicolaï et aux Immortels d’en décider ? Alors chacun conviendra que ce n’était pas le meilleur service à rendre au futur élu de son cœur que de le stigmatiser aux yeux de tous, lors d’une émission « grand public », comme « fragile au plan émotionnel » ! Formé à l’école de son prestigieux parent, Frédéric Mitterrand n’est-il pas habile à inverser les rôles pour sauver la face en présentant l’échec électoral en succès ? À l’Académie, tout le monde savait que la mise sur orbite de son élection, via l’AFP, n’était pas la bien venue dans le climat électrique créé depuis l’élection d’Alain Finkielkraut.

Et, pour discréditer totalement le rite de l’élection, Frédéric Mitterrand ne s’est pas contenté de vouloir imposer aux Immortels le choix exclusif d’un candidat « fragile au plan émotionnel ». À l’ultime question de Nathalie Levy « Sauf que vous n’êtes pas seul dans la course en face de lui, il y en a d’autres, non ? », il a répondu d’un rire méprisant « Non, pas si importants, je ne veux pas les insulter, ils se présentent depuis dix ans ! » en prétendant que les Immortels n’auraient pas d’autre choix, que « le choix de Mitterrand » était le seul possible du fait de son retrait ! Comment mieux ridiculiser l’Institution ?

Hérésie  ?

Andreï Makine
Andreï Makine

Néanmoins, l’anticipation de l’élection d’Andreï Makine par Frédéric Mitterrand aura eu l’insigne mérite de poser la question du critère devant présider à l’élection de l’Académie : le « choix de Mitterrand » ou « le choix de Richelieu » prévu dans les statuts ? Le Secrétaire perpétuel de l’Académie, Madame Hélène Carrère d’Encausse, a hautement proclamé qu’elle voudrait connaître « les dons et les goûts » des candidats. Et les Français également comme l’ont montré leur passion à s’opposer à la « réforme de l’orthographe » et la terrible philippique de Frank Ferrant (1). À ce sujet, des académiciens s’étonnent de la « faiblesse linguistique » d’Andreï Makine qui prétend qu’il y aurait « autant de langue que de grands écrivain », contre-sens monstrueux pour un candidat confondant la pluralité des styles avec l’unicité de la langue ! « Est-ce prudent d’élire une telle hérésie ? » s’est même exclamé l’un d’entre eux ?

C’est ainsi qu’en prétendant anticiper l’élection politicienne d’Andreï Makine à BFMTV au lieu d’attendre le verdict académique du quai Conti, Frédéric Mitterrand a placé l’Académie devant un dilemme : le « choix de Mitterrand » (d’un candidat « fragile affectivement » préfabriqué par l’AFP et ignorant le b, a, ba de la linguistique) ou le « Choix de Richelieu » que le fondateur de l’Académie voulait basé sur le seul talent du mieux placé pour défendre vraiment la langue française. Serait-ce trop demander à l’Académie de devoir respecter ses statuts le 3 mars prochain pour sauver la langue française en péril de mort ?

 

Arnaud-Aaron Upinsky

 

 

 


[1] Figarovox, 9 février 2015

Source : la-croix.com

L’étrange retrait de la candidature de Frédéric Mitterrand à l’Académie Française

Frédéric Mitterrand retire sa candidature à l’Académie Française pour ne pas nuire à Andreï Makine

Frédéric Mitterrand était reçu par Nathalie Levy jeudi soir (le 4 février 2016, ndlr) sur BFMTV. L’ancien ministre de la Culture a expliqué pourquoi il avait retiré sa candidature à l’Académie Française. « Il y a un candidat qui s’est présenté pour qui j’ai énormément d’estime. J’apprécie beaucoup son œuvre. Je ne veux pas être un embarras pour son éventuelle élection », a-t-il confié. Il s’agit du romancier d’origine russe Andreï Makine, prix Goncourt et prix Médicis en 1995. « Il est plus fragile que moi sur le plan émotionnel, s’il était battu, il ne se représenterait pas. Je peux me représenter plein de fois, ce n’est pas un problème. Mais lui s’il est battu, il ne va pas se représenter », a-t-il avancé :

 

NDLR : Frédéric Mitterrand retire sa candidature à l’Académie Française… au motif perfide qu’Andreï Makine est fragile !!

Andreï Makine, le candidat de l’Establishment… ???

 

 

Académie Française : Publication de la lettre de candidature d’A.-A. Upinsky invitant les candidats au fauteuil d’Assia Djebar à adopter cet usage

COMMUNIQUÉ UNION NATIONALE
DES ÉCRIVAINS DE FRANCE

                                                           ____________________

                                               ACADÉMIE FRANÇAISE                                              

PUBLICATION DE LA LETTRE DE CANDIDATURE D’A.-A. UPINSKY INVITANT LES  CANDIDATS  AU  FAUTEUIL D’ASSIA  DJEBAR  À  ADOPTER  CET  USAGE 

Depuis que, le 5 décembre 2013, le Secrétaire Perpétuel de l’Académie a demandé  « solennellement [ au chef de l’État ] de faire de l’année [2014 ] l’année de la reconquête de la langue française, et d’abord à l’école qui la porte et la transmet », la situation n’a fait qu’empirer avec l’actualité. Il est vrai que, le 21 janvier 2015, le chef de l’État avait bien dû reconnaître la nécessité de reconquérir les territoires perdus de la langue française auprès de la jeunesse « pour détruire le terrorisme en herbe ».

Mais, hélas, cette annonce fut suivie d’un effet inverse : une aggravation par le « mauvais coup porté à la langue » dans la réforme du collège. Et, suprême outrage, le « protecteur de l’Académie » a laissé sans réponse l’appel à la reconquête de l’Académie, du 5 décembre 2013, acte tragique sans exemple dans l’histoire : symbole « total » d’une rupture inouïe entre le Pouvoir et la langue de la République !

Cette course a l’abîme met la langue française en péril de mort, avec toutes les conséquences tragiques mises en lumières par l’actualité. État d’urgence justifiant toutes les audaces d’une mobilisation générale des écrivains qui doivent désormais se fixer pour but explicite la reconquête de la langue française ; reconquête vitale attendue de tous ces Français qui se tournent aujourd’hui vers l’Académie en laquelle ils voient le dernier recours institutionnel pour venir « au secours du français ».

C’est pour répondre à cette nouvelle attente, à ce nouvel intérêt des Français pour l’Académie qu’Arnaud-Aaron Upinsky a décidé de motiver sa lettre de candidature, de la rendre publique ( ce qui est une première ) et d’inviter les autres candidats au fauteuil d’Assia Djebar à adopter cet usage justifié par l’enjeu de survie, comme il le précise dans sa lettre de candidature ci-jointe. À l’heure de tous les périls pour la langue française, les Français ne sauraient se contenter de simples copiés/collés de dépêche AFP ignorant la première mission de l’Académie, le critère de choix de Richelieu et même tout critère de langue.  

Ainsi que les Immortels, et selon les propres vœux du Secrétaire Perpétuel de l’Académie Française, les Français ont désormais le droit de savoir, avec leurs propres mots, quelle est la motivation des candidats à cette Institution de salut public dont la première mission est la défense de la langue française : l’Académie Française que Maurice Druon définissait comme « l’expression la plus haute de l’identité de la nation et comme l’incarnation de la France. Cette idée, [qu’]il nous appartient maintenant  de faire vivre ».  

Comment douter que ce débat au sommet sur la survie de la langue française, sur le pouvoir souverain de l’Académie en matière de langue et sur les caractères d’éligibilité des candidats à la reconquête du français, soit précisément celui qu’attendent, aujourd’hui, tous les Français amoureux de leur langue en laquelle ils voient l’instrument de leur identité, de leur salut, de leur prospérité et de leur dignité retrouvées ?

1. Communiqué Publication de la lettre de candidature

2. Lettre de candidature d’A.-A. Upinsky à l’Académie Française ( pdf)

Union Nationale des Écrivains de France                                                                           Contact presse : courrierposte@orange.fr  –  Tel : 06 01 76 20 79  

 

Versailles : enquête criminelle sur les « tags Kapoor  » enfin résolue (vidéo)

 

Arnaud-Aaron Upinsky nous parle, en direct des jardins du Château de Versailles, des résultats de son enquête criminelle sur les fameux tags qui ont affreusement souillé cet été les œuvres de Anish Kapoor exposées dans les jardins du Château de Versailles et indigné la classe politique et médiatique tout entière.

Le « Stratagème de Luna », comment faire participer les Chrétiens à leur propre mort !

A l‘heure de la déferlante migratoire hétéroculturelle de masse, orchestrée par l’axe anglo-saxon menaçant de déstabiliser l’Europe, de l’invocation de la grande tradition chrétienne du « Droit d’asile » pour tous ( en toute vérité seul droit du protecteur et non du protégé ), détournée par ses pires ennemis et déclarée malicieusement « Enjeu existentiel de l’Europe (1) » ( après l’appel du Pape François du 21 juin 2015 ) : oser démystifier ce « Stratagème de Luna », qui inverse le droit d’asile en piège mortel, s’impose aujourd’hui comme une question de vie ou de mort pour la Chrétienté !  

 En voici l’histoire de cette mystification criminelle à méditer.  

Hastings,  le chef Viking, un de ces chefs Normands à l’origine de la conquête de l’Angleterre qui en hérita le « savoir faire », basait sa stratégie de conquête sur l’Information. Il tenait scrupuleusement à jour les dates des fêtes chrétiennes pour attaquer pendant la messe.

En 841, il s’empare de la ville de Nantes, le jour de la Saint Jean en tuant l’évêque de la ville et c’est ainsi qu’à Noël 859, il imagina le stratagème qui devait le rendre célèbre, comme fondateur du principe de base de l’art de la duperie de l’Angleterre, et des Services de Sa majesté britannique, qui lui vaudra le  qualificatif de « Perfide Albion » :

« La ruse [ au droit d’asile ] que mit en usage l’habile Hastings désespérant d’emporter de vive force une place considérable et bien fortifiée  »  (2) ! 

L’histoire du Stratagème de Luna se décline en sept étapes consistant à :

1) Ruser 

Sa flotte ayant abordé sur la côte de Luna, en Étrurie, pour la première fois les Danois ayant subi un échec sanglant, Hastings sent que la force ne pourra rien contre la ville de Luna fortement défendue et bien gardée. Il lui reste la ruse.    

Les Scandinaves édifient donc un campement sur le rivage. Ils allument des feux, s’affairent autour des huttes et des tentes. Les voici soudain paisibles, occupés de chasse et de pêche, simples voyageurs errants qui ne feraient pas de mal aux chrétiens ni à une mouche ni à un moine.

 » Ces hommes demandent tout d’abord l’autorisation d’hiverner pacifiquement sous les murs de la ville, afin qu’ils puissent se reposer, car ils ont été éprouvés par une longue traversée et des vents contraires alors qu’ils souhaitaient rentrer dans leur pays natal, après en avoir été bannis. Malgré eux, les Lunois qui, rapidement, ont fermé toutes les portes de leur ville  acceptent. Mais, bientôt, les Vikings des relations plutôt amicales s’installent entre les deux peuples. Des échanges commerciaux se nouent, mais les portes de la ville sont toujours bien gardées. (3) ».

2) Raconter une belle et touchante histoire ( « Story telling » ) 

Quelques Vikings en viennent alors alors à se présenter, sans armes, aux portes de Luna. Ils ont une étonnante histoire à raconter   :  

  Notre chef est malade. Il voudrait se convertir à votre religion.  » Fatigué de sa vie d’aventurier, se repentant des souffrances qu’il a causées, il demande aux prêtres de Luna de l’instruire de la foi chrétienne afin d’être baptisé. «  

Étrange démarche. Mais les prêtres espèrent tant le repentir de ces terribles mécréants.  » Ceux-ci croient voir là un miracle et ils acceptent avec empressement. Au bout de quelques semaines, Hastings, feignant la maladie, reçoit le baptême. »

3) Désarmer l’intelligence en l’aveuglant d’émotion 

Hastings envoie alors ses hommes dire au clergé de la ville qu’il est mourant. Quelques tonsurés se rendent au camp pour administrer à Hastings les derniers sacrements dans une cérémonie hâtive. La respiration haletante, tremblant de tous ses membres, les yeux chavirés, le chef danois semble vraiment au plus mal.        

Aussi aucun clerc ne s’étonne quand quelques jours plus tard, au matin, des Danois viennent annoncer :   » Il est mort.  Leur chef a demandé, dans son dernier souffle, à être inhumé en terre consacrée. De plus, il lègue une grande partie de ses richesses à l’église. »

Et ils ajoutent aussitôt :  » Comme il est mort dans votre religion du Christ, il faut lui donner une sépulture chrétienne. Et ne pourrait-on pas dire une messe dans votre cathédrale pour le repos de son âme ?  

Ayant reçu l’accord des prêtres, éblouis par les trésors promis, et ému par une si tardive mais si touchante conversion, .l’évêque de Luna décide alors aussitôt :  » Je célébrerai moi-même l’office. »

4) Cacher ses armes pour masquer son but

Une seule condition est imposée par les Italiens aux Danois : suivre sans armes le cercueil de leur chef. Ses hommes, humblement, viennent trouver le clergé de la ville. la dépouille du chef danois, allongée dans un cercueil ouvert, est portée par ses hommes dans le chœur de la cathédrale de Luna.

Le passage du cortège funèbre soulève un immense curiosité. Tous les habitants de Luna viennent regarder ces terribles Danois aujourd’hui désarmés et dont la dévotion fait plaisir aux ouailles de l’évêque de Luna.

Dans l’odeur de l’encens, l’office funèbre  commence, suivie par tous les guerriers vikings massés au fond de l’édifice dont ils ont fermé les portes. Le prélat se tourne à un moment vers la foule des Italiens et des Scandinaves, fraternellement mêlés, et psalmodie, les bras demi-ouverts :  » Dominus vobiscum « .

5) Jouer rapidement de l’effet de surprise                                           

Soudain, il voit avec horreur, le cercueil s’ouvrir. Hastings surgit en hurlant, l’épée à la main. Il bondit sur les marches de l’autel, tue l’évêque et les deux autres officiants, tandis que ses Vikings s’emparent des épées dissimulées dans le cercueil. 

6) Exploiter à fond la victoire                                  

Le massacre commence. Le clergé et les fidèles sont exterminés, sans qu’ils puissent s’échapper. Luna est prise, pillée, incendiée. Les filles et garçons les plus jeunes et les plus vigoureux sont capturés, comme esclaves.

7) Tirer la morale « Viking » du Stratagème de Luna  

Les Danois reprennent rapidement la mer.  A bord de toutes les longues barques le souvenir du succès total de cette ruse soulève des rires énormes. Le raid Viking continue à la recherche de nouvelles proies innocentes, victimes naïves de leur sens de l’hospitalité. . 

Alors que « Nous sommes en guerre !  » ne cesse de le répéter le gouvernement depuis le 11 janvier 2015; Que l’accueil forcé de « la déferlante migratoire » par un mécanisme de répartition « pipe line » est érigé en dogme de Charité et du « droit d’accueil », déclarés tradition de l’Europe ; Que cette ouverture insensée apparaît comme le signal anglosaxon annonciateur d’une guerre à mort sur l’Europe ; Que les européens se sentent trahis, au bord du gouffre, jetés en pâture dans la fournaise comme en 1914 par leurs gouvernements criminels ; Qui pourrait croire encore que ce qui était vrai, jadis, avec les moyens rudimentaires du « Stratagème de Luna » des Vikings, ne saurait l’être aujourd’hui – pour l’Europe – avec les moyens décuplés de la technique moderne de mystification ? Alors, comment « rendre visible » plus clairement cet art consommé de la duperie héritée des Vikings, porté au paroxysme par les services secrets britanniques lors de l’opération « bodyguard » de la deuxième guerre mondiale et devenu aujourd’hui le subterfuge préféré des  » loups déguisés en agneaux » ? Comment faire mieux comprendre cet impitoyable piège  –  » à la charité  » et aux « bons sentiments » qui – comme en 1914 avec le « patriotisme » et pour la deuxième fois – permet d’annihiler la Chrétienté à son insu ? Cette suprême mystification condamne sans coup férir les Chrétiens, désarmés par le « Stratagème de Luna », à collaborer à leur propre leur propre mort  ( leur ruine, leur mise en esclavage, leur aliénation ), au nom de cette feinte charité/fraternité, contrefaite des Vikings de Luna, qui les aveugle, aujourd’hui plus que jamais, au profit de leurs impitoyables ennemis ! Pour le salut de l’Europe, comment mieux déjouer le « Stratagème de Luna » qu’en révélant le mécanisme secret de sa  » ruse à la charité  » pour lui enlever ce caractère de mystère donnant force et pouvoir à sa mystification ! 

 (1) Pierre Moscovici, sur BFMTV, 23 septembre 2015                                                              (2) Biographie universelle ancienne et moderne, 1817, p. 487.                                                  (3) Les Vikings à travers le monde, par Jean Mabire p. 43 et 44 1992

Le secret du reniement du Pape qui désarme la Chrétienté !

Et en Manchette sur Québec-Presse

Réponse historique du Pape lors de son face-à-face avec le Linceul !

Dans son premier entretien « Et vous, qui dites-vous que je suis ? » Arnaud-Aaron Upinsky, mathématicien, épistémologue et linguiste, avait exposé les impérieuses raisons qui l’avaient incité, le 29 mars 2015, à adresser au Pape François, au nom de la Science, une lettre ouverte lui demandant de procéder à la reconnaissance officielle de l’authenticité du Linceul de Turin – recélant la preuve scientifique du fait fondateur de notre ère – pour en revenir au statut de véritable Relique de la Passion et de la Résurrection qui n’avait cessé d’être celui reconnu par l’Eglise, de 1473 à 1988, et pour mettre un terme définitif à l’intolérable ambiguïté attribuée au Linceul, authentique pour les uns, faux pour certains, objet criminel pour les autres. Le doute sur le Linceul de Turin doit cesser, l’Eglise doit trancher, allez-vous le vénérer ou l’Adorer ? lui avait-t-il écrit. En dépit de la censure, cette Lettre ouverte au Pape, diffusée dans le monde entier, traduite en italien, espagnol, allemand, anglais, russe… et âprement discutée au Vatican, a créé un véritable électrochoc à bas bruit. Mais lors de son face-à-face avec le Linceul, dans l’obscurité de la cathédrale de Turin, le 21 juin 2015, pour sa visite exceptionnelle clôturant l’ostension de 2015, quelle réponse le Pape François a-t-il donnée, aux yeux du Monde entier, à cette Question de la Reconnaissance – « Qui dites-vous que je suis » – posée au nom de la Communauté scientifique internationale, réunie à Rome en 2013, ayant procédé à la reconnaissance officielle de l’authenticité scientifique. La Réponse éblouissante du Pape, la presse l’a cachée et le public, même averti, a cru qu’il ne s’était « rien passé », tant le « secret » fut bien gardé. Pourtant cette réponse historique fut telle que plus rien ne sera comme avant. Réponse à vivre comme un fait biblique se dévoilant selon la grille de lecture religieuse du Temps et de « l’économie de la Révélation » : comme la figure du reniement de Pierre, mise en ombres et lumières dans toute l’histoire de l’art chrétien. Aujourd’hui, dans ce deuxième entretien, Arnaud-Aaron Upinsky, Directeur du Symposium de Rome et auteur de cinq livres sur le Linceul, nous révèle l’énigme de la venue exceptionnelle du Pape à Turin, le 21 juin 2015, le décryptage bien gardé de la réponse du Saint Siège à sa lettre ouverte du 29 mars 2015, la clef initiatique de la pièce géopolitique scientifico-religieuse dont dépend l’avenir de la Chrétienté, de l’Europe et de l’Humanité :  » Le secret du reniement du Pape qui désarme la Chrétienté ! « 

L’heure de Vérité du Pape François et du Linceul de Turin !

Conférence de presse de Turin du 19 juin 2015

L’heure de Vérité du Pape François et du Linceul de Turin !

François Linceul

Lors de son face-à-face du 21 juin va-t-il le vénérer ou l’adorer ?

LINCEUL

 

Au nom de la Science ! l’appel au Pape François à la Reconnaissance officielle de l’authenticité du Linceul de Turin pour le 21 juin 2015 : « Et vous, qui dites-vous que je suis ? » (Marc 8 : 29) Le suprême défi de l’Intelligence Scientifique à l’Église, à l’instinct de survie de la Chrétienté, à tous ceux qui ont foi dans les forces de l’Esprit et du Verbe.

Hotel-DOGANA-VECCHIAHotel-DOGANA-VECCHIA_4

HÔTEL DOGANA VECCHIA

via Corte d’Appelo, 4

10 h 30, ( rendez-vous au bar )

En présence de personnalités des sciences et lettres invitées, Arnaud-Aaron Upinsky, Directeur du Symposium de Rome, ayant accompli la reconnaissance officielle de l’authenticité du Linceul de Turin, et auteur de L’Église à l’épreuve du Linceul (Ed. F.-X. de Guibert), fera le point d’actualité sur la Lettre ouverte qu’il a adressée à S.S. le Pape François le 29 mars 2015 (en PDF ici), sur sa diffusion internationale et à Rome, sur les positions déjà prises dans l’Église de France, et il répondra aux questions.

Arnaud-Aaron Upinsky, Directeur du Symposium de Rome Contact presse : courrierposte@orange.fr et tel : 06 01 76 20 79 Site : http://linceuldeturin.info/