Comment l’Académie française a tranché : le NON à la féminisation des titres et fonctions, c’est la Loi !

A l’attention de Mesdames Claire Conruyt et Alice Develey, Le Figaro

Mesdames,

Dans votre article du Figaro du 8 février 2019, intitulé « Hélène Carrère d’Encausse : L’Académie française rentre dans l’ère numérique », vous lui avez posé cette question, « L’Académie française est attendue sur la féminisation des titres et des fonctions », qu’elle a éludée par une pirouette.  .

Alors, savez-vous que la Cour de cassation lui a adressé une saisine sur cette même question, en date du 20 avril 2017, et que l’Académie française s’était formellement engagée à répondre le 7 février 2019, dans l’article suivant, daté du 20 décembre 2018, et en ces termes  :

« Madame “le” ou “la” ministre : l’Académie française va trancher »  

 » Les académiciens aiguisent leur épée et repassent les habits verts : le 7 février prochain, l’Académie française rendra ses conclusions sur une question cruciale, qui a « ouvert un large débat dans la société ».
L’institution rendra ainsi ses conclusions sur la féminisation des titres et fonctions, tout en présentant par la même occasion son nouveau portail web
( Lire ICI l’intégralité de l’article )

Mais ce jour là, comme vous le savez, autant Madame Hélène Carrère d’Encausse a présenté le nouveau portail web de l’Académie, autant elle a manqué à sa parole de trancher sur la question principale de rendre « ses conclusions sur la féminisation des titres et des fonctions » !

Alors, savez-vous ce qui l’a empêché de tenir son engagement ? C’est la « Réponse de l’Académie française à la saisine de la Cour de cassation du 20 avril 2017» adressée à Monsieur le premier président de la Cour de cassation, en date du 13 janvier 2019, faisant désormais référence et dont vous trouverez le lien ci-dessous.

C’est une affaire d’Etat sans précédent, opposant la Cour de cassation au Pouvoir exécutif et au Pouvoir législatif sur la question de la « féminisation des titres et des fonctions », certes, mais surtout sur la mise à mort de la langue française : c’est un scandale inouï, désormais incontournable en raison de la procédure en cours, qui est en train de faire surface.

Et c’est l’honneur du journalisme de remplir pleinement à sa mission d’informer, pour être au premier rang de la manifestation de la Vérité dans cette affaire de viol caractérisé de la Constitution, constituant un flagrant crime contre la langue, c’est-à-dire contre la Nation.

Qu’elle soit mise en pleine lumière par vous ou par d’autres journalistes fidèles à la Charte de déontologie de Munich (1971), cette affaire, désormais lancée par la Cour de cassation, ne peut plus être étouffée. Elle ira jusqu’à son terme et je suis à votre disposition, puisque c’est Le Figaro qui est le premier journal de presse écrite à avoir posé la question, laissée sans réponse après la date fatidique du 7 février 2019 ! .

Il est grand temps que les média, rompant l’omerta d’Etat sur le plan de mise à mort de la langue de Molière, fasse enfin savoir, en réponse aux démolisseurs institutionnels du « Féminisme d’Etat » : « Comment l’Académie française a tranché : le NON à la féminisation des titres et fonctions, c’est la Loi ! »

Dans cette attente de vous voir rompre cet omerta, je vous prie d’agréer, Mesdames, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Arnaud-Aaron Upinsky
Président de l’Union Nationale des Écrivains de France (UNIEF)

Lire ICI l’entretien avec Arnaud Upinsky sur l’affaire Aubert

Lire ICI la « Réponse de l’Académie française à la saisine de la Cour de cassation »

Lire ICI. Dites désormais « Madame LE juge : c’est la Loi ! » ( Impératif français, Québec)

 

Entretien avec Arnaud Upinsky sur l’affaire Aubert

Lire ICI l’Entretien avec Arnaud Upinsky sur l’affaire Aubert

Dites désormais « Madame LE juge : c’est la Loi ! »

Dites désormais «  Madame LE juge : c’est la Loi ! « 
Voilà la Réponse intangible, « À l’Immortalité », de l’Académie française, de Richelieu et de Vaugelas, à la saisine du 20 avril 2017 de la Cour de cassation !

Lire à l’adresse ci-dessous la lettre « Réponse de l’Académie française à la Cour de cassation »

http://upinsky.work/LETTRE-DE-LUNIEF-A-LA-COUR-DE-CASSATIONlUNIEF-du-13-janvier-2019-FFFZ-1.pdf

Prenant les devants sur l’annonce du 7 février prochain, par l’Académie française,  de ses conclusions sur  » la féminisation des titres et fonctions », l’UNIEF rend publique aujourd’hui sa lettre, « Réponse de l’Académie française à la saisine de la Cour de cassation » du 13 janvier 2019, adressée à son premier président, Bertrand Louvel, en lieu et place de l’Institution du quai Conti ,et sur mandat de « la plus saine partie » de l’illustre Compagnie des Immortels fidèles aux statuts de l’Académie de Richelieu et de la « Référence suprême » de Vaugelas : pour assurer la continuité de sa mission, mesure d’exception s’imposant d’urgence, dans l’attente d’une restauration ou d’une renaissance de l’Institution de Richelieu, si la nécessité d’une troisième Académie s’imposait à raison même de son sceau frappé « À L’IMMORTALITÉ » !

Car ils ne sauraient se résigner au spectacle de l’abdication actuelle de l’Académie française  :

1) Au  viol de ses statuts par sa déclaration du 10 octobre 2014 ;

2)  A l’adoption du faux « principe de la liberté de l’usage » de sa lettre du 6 novembre 2017 ;

3)  A l’abdication de l’Académie devant le bureau de l’Assemblée nationale, alors que jamais la question de devoir suppléer à l’abdication de l’Institution de Richelieu, vouée à la défense de la langue française, ne se soit posée dans le passé.

Car ils se prévalent de leur mission historique, de l’article XXIV de leurs statuts disposant que : « [S]a principale mission sera de travailler avec tout le soin et toute la diligence possibles à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences[1]. » Et c’est pourquoi la proclamation solennelle, aujourd’hui plus que jamais, de « l’intangibilité de la règle d’application du genre masculin générique aux titres et aux fonctions publiques » constitue l’événement linguistique le plus important qui soit,depuis qu’en 1635 Richelieu donna précisément pour mission à l’Académie française de fixer et de sauvegarder la langue française « À L’IMMORTALITÉ » ! 

Car cette saisine historique de la Cour de cassation met en pleine lumière, en effet, la grille de lecture salutaire de ce qui devait rester caché : la violation systématique de la règle du genre masculin générique – comme du droit constitutionnel de la langue par le Pouvoir exécutif et par le Pouvoir législatif, dans la poursuite d’une politique de « féminisme d’Etat » illégale et destructrice de la langue française.

Car la « Réponse de l’Académie » est un « acte de justice », en bonne et due forme, de réhabilitation de l’excellence de la langue française, la plus féminine de toute, qui a été diffamée par un « féminisme d’Etat », anti-féminin par nature et violant « le statut juridique de la langue, expression de la souveraineté nationale », en y semant le chaos  à des fins politiques menées dans le plus grand secret et au grand profit de la langue anglaise. Parler d’une prétendue oppression du féminin par le masculin dans la langue française, qui, au nom d’une égalité alibi, exigerait une prétendue « féminisation », en vérité une masculinisation, est un pur mensonge d’Etat. Car c’est au XVIIe siècle que la féminisation de notre langue fut idéalement accomplie, par l’heureux mariage, de la Préciosité et du Classicisme qui engendra la suprématie sans rivale de cette langue française de l’élégance dans la conversation, de l’amour, de la haute intelligence littéraire, de la danse et de la diplomatie, qui conquerra l’Europe des Lumières. Conclusion : le « féminisme d’Etat », qui n’est qu’une négation de la féminité et une ségrégation introduite au sein de la langue, voilà l’ennemi !  « Hors du « féminisme » à la française, pas de salut ! »

Car, inhérent au « féminisme d’Etat »,  la décapitation du paradigme du « Genre et de l’espèce », qui est celui du « Syllogisme judiciaire » et par là du « Jugement », par la mise à mort du « genre masculin générique », c’est la décapitation du « Juge » lui-même et donc du « jugement », c’est-à-dire du propre de l’Esprit humain.

Le seul choix restant est donc dans « Le retour à l’Etat de droit ou le Chaos ! »

C’est pourquoi, la « Réponse de l’Académie à la saisine de la Cour de cassation », est le plus  strict  «  rappel à la loi de la langue » sans laquelle tout n’est que chaos. Elle est une proclamation solennelle que seule est conforme aux statuts de l’Académie, en toute fidélité au magistère de Vaugelas, la « référence suprême » du « bon et bel usage » de la langue française, sa déclaration du 21 mars 2002, à savoir : « Seul le genre masculin, qui est le genre non marqué (il a en effet la capacité de représenter les éléments relevant de l’un et l’autre genre), peut traduire la nature indifférenciée des titres, grades, dignités et fonctions. Les termes officière (de tel ordre), députée, sénatrice, etc., ne doivent pas être employés. »

Cette saisine historique met en pleine lumière, en effet, la grille de lecture salutaire de ce qui devait rester caché : la violation systématique de la règle du genre masculin générique – comme du droit constitutionnel de la langue par le Pouvoir exécutif et par le Pouvoir législatif ; la violation suicidaire de ses statuts par l’Académie française ; l’extension du chaos grammatical en résultant, au sein de la fonction publique, du corps judiciaire et du public. Ce « coup de majesté » de la plus haute instance judiciaire fait apparaître la Cour de cassation comme le dernier rempart de « l’usage correct de la langue »française, déclarée « désormais en péril mortel[2] ». Cette volonté de sauvegarder la clef de voûte de la grammaire et de son processus cognitif, inhérente à l’acte même de « juger » ; d’« héroïsme juridique », cette reconnaissance de la langue française comme « objet de droit » à part entière, justiciable du pouvoir souverain de l’Académie, car « Juge du langage, telle est l’Académie par essence et en droit » (Maurice Druon)

Le 20 avril 2017, la saisine de l’Académie française, la juridiction suprême chargée de la sauvegarde du « bon et bel usage » de la langue française, par « la juridiction suprême chargée d’unifier le droit », fit apparaître la Cour de cassation comme le dernier rempart de « l’usage correct de la langue »française. Et aujourd’hui, dans cette saisine de l’Académie française adressée en retour à la Cour de cassation, pour qu’elle garde sa ligne de défense de l’intangibilité du paradigme du « genre masculin générique » – comme fer de lance de la « Défense de la langue française » –, et qu’elle obtienne ainsi le retour à l’Etat de Droit s’imposant pour triompher de l’actuelle « fracture grammaticale et linguistique » – valant « fracture constitutionnelle et démocratique » du Pacte Républicain –, l’avenir de la langue française apparaît désormais indissociable de la gloire de la Cour de cassation, frappée à l’aune de l’héroïsme de son « Coup de majesté » voué à maintenir l’unité de la langue française dont dépend celle du droit.

Et donc dîtes désormais  » Madame LE juge » : c’est la Loi !  »
Voilà la Réponse intangible, « À l’Immortalité », de l’Académie française, de Richelieu et de Vaugelas, à la saisine du 20 avril 2017 de la Cour de cassation !


[1] « Statuts et règlements », site de l’Académie française.

[2] Cf. Déclaration de l’Académie française sur l’écriture dite « inclusive », du 26 octobre 2017.

À LA UNE : « J’ACCUSE » !

À la Reconquête de l’« Hégémonie sémantique » et du Pouvoir ! 

  1. Triompher de la Guerre Inclusive au Genre humain !:(Vidéo)
  2. Reprendre le pouvoir au prédateurs ! (Vidéo)
  3. La pétition pour la « Reconnaissance du français comme langue commune de l’Europe » !

C’est une première « scientifique » dans toute l’histoire du Crime ! Le verdict de « Mise à mort » de la langue française – et donc l’Esprit français comme de l’Intelligence humaine – étant rendu, le moment est historique. La Preuve étant enfin produite, rien ne sera plus jamais comme avant ! Il ne reste plus dès lors aux Français, pour survivre à ce décret de mort intellectuelle, qu’à forger les armes d’une vraie Reconquête de leur dû : Sémantique, Culturelle et Politique!De «Crime» contre l’Intelligence, la Langue française et l’Esprit humain !

Le problème n° 1 des Français – et la solution de tous leurs maux : Existentiels, Identitaires, Éducatifs, Economiques, Culturels et Politiques – c’est leur rapport avec la langue française !  

NOUS SOMMES EN GUERRE : « Ce qui est en cause, c’est l’identité culturelle de nos nations ». « La France ne le sait pas, a déclaré le Président François Mitterrand, peu avant sa mort, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre inconnue, permanente, une guerre à mort.» (…) « Oui, ils sont très durs, les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde »[1].

FORGER LES ARMES DE LA RECONQUÊTE : « Car le temps n’est plus où l’Académie Française régnait sur un héritage. Il nous faut maintenant forger pour la défense et l’illustration de la langue les armes d’une vraie reconquête.» ( Maurice Schumann, 30 janv. 1975)

L’IDENTITÉ ET L’INCARNATION DE LA FRANCE : « L’Académie est l’expression la plus haute de l’identité de la nation et comme l’incarnation de la France. C’est une idée qu’il nous appartient de faire vivre. » ( Secrétaire perpétuel Maurice Druon)

UNE FORME DE GUERRE D’INTELLIGENCE PLUS SÛRE QUE CELLE DES ARMES : De cette guerre secrète, révélée par François Mitterrand,  affolant l’ennemi aveuglé, William Pitt, l’ennemi juré de la France, avait avoué, en pleine séance du Parlement, il y a trois siècles déjà, que « sa manière de faire la guerre aux Français était plus sûre que celle des armes[2]. »

L’ECOLE DE GUERRE DU MARÉCHAL FOCH : « La conduite de la guerre m’a enseigné que, pour vaincre, il faut un but, un plan, une méthode !

1) DIFFUSER le « J’ACCUSE » d’A.-A. Upinsky sur le plan de mise à mort de la langue française !

2)VOIR L’APPZL À LA RECONQUÊTE de l’«HÉGÉMONIE SEMANTIQUE» «J’ACCUSE» le «PLAFOND DE VERRE» interdisant l’accès de l’Académie française à tout authentique défenseur de la langue française

3) VOIR L’APPEL à l’«HÉROÏSME POLITIQUE » du Président Macron pour la « Reconnaissance du français comme langue commune de l’Europe ! »

1] Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou, Plon, 1977, p.p. 51 à 54. Cité dans « La guerre inconnue de François Mitterrand », in Le Syndrome de l’Ortolan, op. cité.

[2] Op. cité. Correspondance secrète. M. de Lescure, Paris 1866. Tome II., p. 369, 5 juillet 1789.

Pour « Réarmer l’intelligence ! », les Français doivent donc se mobiliser de toute urgence à la Reconquête de :

I. L’urgence stratégique de Salut public

PRENDRE CONNAISSANCE du « Plan de bataille de Reconquête » publié dans le PAMPHLET-MANIFESTE  « Macron le Président Ventriloque » :

1) Voir la vidéo de présentation : PRÉSIDENTIELLES 2022 : ZOOM – Macron, le président ventriloque !

2) Lire la 4ème de couverture du Manifeste pour les Présidentielles 2022  

3) Lire la présentation d’auteur du Manifeste pour les Présidentielles 2022 

4)Suivre le guide de conduite de la guerre de Reconquête : MACRON LE PRÉSIDENT VENTRILOQUE – Manifeste aux aveugles du langage – Premier traité de Magie politique (Arnaud-Aaron Upinsky)

5) Triompher enfin de la Guerre inclusive faite au Genre humain ! (Vidéo)  

Ou aussi sur le Saker Francophone :

QUÉBEC : «J’accuse Macron de haute trahison de la langue française » — Arnaud-Aaron Upinsky

RUSSIE Pour la diplomatie russe, le français doit devenir la langue inter-communautaire de l’Europe

NOMINALISME, RÉALISME et EUROPE : Serge de Beketch explique l’indispensable lecture d’Arnaud-Aaron Upinsky

LA TÈTE COUPÉE ou LA PAROLE COUPÉE : préface de Marcel Jullian, écrivain, réalisateur, scénariste,  homme de télévision, fondateur et premier président d’Antenne

II. Réarmer la politique et son « langage fort »

Lettre ouverte aux candidats aux Présidentelles pour qu’ils déclarent 2017 an 1 de la Reconquête de la langue françaiseLes candidats à la Présidence ne veulent plus parler français (Vidéo Pravda France)

Reprendre le pouvoir aux prédateurs (Arnaud Upinsky, Valérie Bugault)La Langue française rentre en Politique ( vidéo)

III. Réarmer l’Académie et la langue françaises

Non à la lèpre du bilinguisme anglicisant à la rentrée 2018-2019 !

QUEBEC : Arnaud Upinsky, le défenseur de la langue française, veut d'urgence réarmer l'Académie française (Québec Presse ).


Election du 21 juin 2018 à Académie française – Barbara Cassin, c’est une déclaration de guerre à la langue française ! 

Académie française, le défi d’A.-A. Upinsky aux candidats à l’élection du 3 mai 2018 : briser l’omerta pour sauver l’Académie et la langue française d’une mort certaine !  

TRIBUNE – Quelle réponse faut-il apporter à l’ultime provocation de Macron : « Parler anglais renforce la francophonie » !

Langue française : le plan de mise à mort de Macron à Ouagadougou (vidéo) 

Bonne année 2018, pour l’an II de la Reconquête de la langue française ! 

Lettre ouverte au Président de la République pour la Reconnaissance du français comme langue commune de l’Europe

L'Anglicisation de la France, voilà l'Ennemi - Arnaud Upinsky - Versailles le 25 Avril 2017 

NON la réforme de l'orthographe en France ( Québec Presse) 

L'accent circonflexe, c'est la couronne du pauvre! (AA Upinsky)

IV. Réarmer le patrimoine culturel 

Une première le 9 juin 2018 à Champ-Dolent : la biennale de la culture ( Normandie.fr)

Lettre ouverte à Sa Majesté la Reine Elizabeth II

La Révélation de l'année Le Nôtre 2013: le "secret d'Etat" de la République idéale du Roi-Soleil 

Communiqué CDV du 1er juillet 2012, à Versailles, trois victoires, la chute d'un Président, la merveille d'une exposition d'Art Caduc

Manifeste culturel international de Versailles contre l'aliénation mondiale du métissage colonial new-yorkais ! 

Lettre ouverte au Ministre de la culture, Christine Albanel, 16 juillet 2008 

Site : Coordination Défense de Versailles

V. Réarmer l’économie

AIRAMA : Remise du prix Maurice Allais à M. Guy Berthault

Hors du protectionnisme intelligent de Maurice Allais, pas de salut, 2017 !

La science économique juge les candidats aux Présidentielles 2017 !

Lettre ouverte aux Candidats à la Présidence de la République 2012

Site : " Combats de Maurice Allais "

VI. Réarmer la justice et l’exception de vérité

Vérité, Droit et Justice (conférence)  

VII. Forger les armes d’une vraie reconquête: contrefaçon, censure, liberté de pensée et libération de la langue 

Le complotisme d'Etat, voilà l'ennemi (vidéo)! 

Plan de bataille de l'académicien Philippe Beaussant « A la reconquête de la langue française » !

Communiqué de Presse LA MANIF POUR TOUS, du 19 avril 2013, qui déclare hors la loi le projet de loi Taubira (censuré). 

Lettre ouverte de saisine de l'Académie française sur la fausse définition du « MARIAGE » de l'art.1 du projet de loi Taubira-Hollande

Signer la pétition de saisine de l'Académie française contre l'illégalité de la fausse définition du mot "mariage" de "l'art.1

Split-Rocker : Versailles dévoile le  «vice électoral caché » du Régime présidentiel

VICTOIRE HISTORIQUE : J. VASCONCELOS chassée du paradis de Versailles, c’est la mise à nu de Marcel DUCHAMP descendant l’escalier de la gloire !

Le « Split-Rocker », Symbole new-yorkais de la haine hétérophobe, sur porcelaine Bernardaud, voilà l’ennemi !

Enquête au cœur de la censure  

Procès gagné en contrefaçon contre les Ed. Albin Michel et Philippe Guilhaume  

Le procès en contrefaçon du Linceul André Malraux sur la "pousse islamique" (Europe Israël)" 

Hommage prononcé à l’occasion du décès de M. Maurice Schumann 

Discours de réception de Maurice Schumann, du 30 janvier 1975 exhortant l'Académie française à "forger les armes d'une vraie reconquête" 

VIII. Réarmer l’Europe

Le secret du reniement du pape qui désarme la chrétienté (vidéo)

Le Syndrome de l’ortolan, A-A. Upinsky

Lettre ouverte à ceux qui croient (encore) que l’Europe c’est la paix ( Le Monde diplomatique) 

IX. Réarmer l’enseignement et l’école

La tête coupée, le secret du pouvoir, Arnaud Aaron Upinsky

2+2 = 5, de nouvelles mathématiques pour une nouvelle société, GERS 1977

X. Réarmer les mathématiques (dont politiques), la science & l’épistémologie

Principes mathématiques de philosophie politique ( inédit)

La Science à l'épreuve du Linceul : La crise épistémologique (La démonstration scientifique de l'authenticité)

Clefs pour les mathématiques

La perversion mathématique, L’œil du pouvoir, Arnaud-Aaron Upinsky

Fin de  » À LA UNE  » –


	

À la Reconquête de l’«Hégémonie sémantique» : J’ACCUSE le « Plafond de verre » de l’Académie française !

À la Reconquête du Pouvoir par la Reconquête de l’Intelligence et de « Hégémonie sémantique  » ! 

J’ACCUSE le « Plafond de verre » interdisant l'accès de l'Académie française à tout authentique défenseur de l'Académie française ! 
Voir ICI la vidéo : J'ACCUSE - Tribune d'Arnaud Upinsky à Versailles le 25 juin 2018

Le problème n° 1 des Français et la solution de tous leurs maux c’est leur rapport avec la langue française !  

C’est par la tête que pourrit le poisson, et c’est par la langue que pourrit la tête ! L’Académie colonisée par un nombre croissant d’ennemis de la langue française. * Le « Plafond de verre » d’exclusion de l’Académie démasqué. * La « Ligne rouge » à l’élection du 3 mai 2018, entre le choix de la « Reconquête de la langue française » et celui de la « Collaboration avec les ennemis de la langue française ». 

Par cette élection du 3 mars 2018, on ne peut plus provocatrice d’une ennemie jurée de la langue française au fauteuil de Philippe Beaussant, les membres d’aventure de l’Académie française ont fait le « choix de la Collaboration » avec les ennemis jurés de la langue française ! 

Dès lors, les français n’ont plus le choix : « Hors de la Reconquête de l’Académie française et de l’Hégémonie sémantique – première marche de la Reconquête du Pouvoir politique par celle de l’Intelligence et de la Langue – pas de Salut ! »